×

Table des matières

Partie 1 - Du pain sur la planche
1.1. Pouvoir d’achat – l’effritement continue 1.2. Les salariés belges ne coûtent pas trop chers 1.3. Productivité et salaires : les travailleurs ne reçoivent pas la part à laquelle ils ont droit 1.4. Evolution des revenus des employés par rapport aux PDG en 2017 1.5. Taxes sur les entreprises : absolument pas trop élevées 1.6. Les entreprises belges alimentées par les subsides 1.7. L’écart salarial : très ancien
Partie 2 – Le travail n’est pas une marchandise
2.1. Performance économique de la Belgique par rapport à la zone euros 2.2. Croissance du taux d’emploi 2.3. Chômage et pauvreté : le chômage "diminue"
Partie 3 - Faire face à l’insécurité de la flexibilisation et la digitalisation naissante
3.1. Emploi à temps partiel et contrat temporaire 3.2. Flexijobs 3.3. Maladie et réinsertion 3.4. La fracture numérique
Partie 4 – Élargir et approfondir l’accès à la sécurité sociale
4.1. Allocations sociales minimales par rapport au seuil de pauvreté 4.2. Nos pensions: coût moyen de la maison de retraite par rapport à la pension
Partie 5 – Une transition juste comme garantie pour un avenir durable
5.1. Investir dans la mobilité durable 5.2. Pauvreté énergétique en Belgique

Le travail n’est pas une marchandise
La Belgique a-t-elle connu une poussée de croissance?

2.1 La Belgique a-t-elle connu une poussée de croissance?

Avant l’entrée en fonction du gouvernement Michel, l’économie belge se portait mieux que la moyenne de la zone euro. L’absence d’une politique d’austérité trop sévère et un respect minimal pour la concertation sociale pour la formation des salaires y étaient pour beaucoup.

A partir de l’entrée en fonction du gouvernement Michel, le tableau a bien changé. Des restrictions budgétaires lourdes, un frein supplémentaire sur les investissements publics et des coupes sombres dans les salaires et les allocations ont fait sentir leur impact. Trois ans après l’entrée en fonction du gouvernement Michel, notre croissance économique est considérablement à la traîne par rapport à la moyenne de la zone euro malgré un contexte économique mondial favorable, malgré un contexte macroéconomique positif.

Source: Eurostat

L’argument « le reste de l’UE a dû opérer un mouvement de rattrapage, il est donc logique que la Belgique soit maintenant en-dessous de la moyenne européenne » ne tient pas la route. Des pays comme la Suède, l’Autriche, l’Allemagne et le Luxembourg ont aussi connu une récession moins sévère que la Belgique et pourtant, aujourd’hui, ils font mieux que la moyenne de la zone euro. Depuis l’entrée en fonction du gouvernement Michel, la Belgique figure à la 25e place (sur 28 pays européens) du classement en matière de croissance économique. En outre, nous nous trouvons en-dessous de la moyenne de la zone euro depuis plus de deux ans déjà et l’écart continue à se creuser. C’est clairement la politique de ce gouvernement qui freine le développement économique.

© 2018 FGTB fédérale
Sitemap
Disclaimer