×

Table des matières

Partie 1 - Du pain sur la planche
1.1. Pouvoir d’achat – l’effritement continue 1.2. Les salariés belges ne coûtent pas trop chers 1.3. Productivité et salaires : les travailleurs ne reçoivent pas la part à laquelle ils ont droit 1.4. Evolution des revenus des employés par rapport aux PDG en 2017 1.5. Taxes sur les entreprises : absolument pas trop élevées 1.6. Les entreprises belges alimentées par les subsides 1.7. L’écart salarial : très ancien
Partie 2 – Le travail n’est pas une marchandise
2.1. Performance économique de la Belgique par rapport à la zone euros 2.2. Croissance du taux d’emploi 2.3. Chômage et pauvreté : le chômage "diminue"
Partie 3 - Faire face à l’insécurité de la flexibilisation et la digitalisation naissante
3.1. Emploi à temps partiel et contrat temporaire 3.2. Flexijobs 3.3. Maladie et réinsertion 3.4. La fracture numérique
Partie 4 – Élargir et approfondir l’accès à la sécurité sociale
4.1. Allocations sociales minimales par rapport au seuil de pauvreté 4.2. Nos pensions: coût moyen de la maison de retraite par rapport à la pension
Partie 5 – Une transition juste comme garantie pour un avenir durable
5.1. Investir dans la mobilité durable 5.2. Pauvreté énergétique en Belgique

Du pain sur la planche
Vers un système fiscale équitable

1.5 Impôts des sociétés : absolument pas trop haut

Ce gouvernement a fait  un cadeau énorme aux entreprises: une diminution considérable de l’impôt des sociétés. Les charges sont-elles trop élevées pour les entreprises en Belgique? Les comparaisons internationales démontrent que ce n’est pas le cas. Elles sont plutôt dans la moyenne.

Source: Benchmarking Working Europe, ETUI (2018)

Le gouvernement Michel veut toutefois suivre la tendance internationale à imposer de moins en moins les entreprises. Il existe une course vers le bas au niveau de la fiscalité qui met une pression croissante sur les travailleurs et les consommateurs. Ces derniers ne peuvent pas déplacer leurs bénéfices en direction du Panama ou des Bahamas, ni menacer de délocaliser leurs activités vers un pays à bas salaires.

La tendance du "toujours moins" devient évidente lorsque nous comparons les régimes d'imposition des sociétés à travers le monde et dans le temps. Les recherches menées par Jahnsen et Pomerleau (taux d'imposition des société dans le monde, 2017) montrent que les taux d'imposition des sociétés sont en baisse partout dans le monde. Le graphique ci-dessous montre que le taux le plus élevé dans les années 80 était de 40-45%. En 2017, nous en sommes à 20-25%.

Source: www.taxfoundation.org

© 2018 FGTB fédérale
Sitemap
Disclaimer